Compte-rendu de la réunion du CCS 1 du 15/05/2013

Après le problème des effectifs des écoles élémentaires, le CCS 1 s’est saisi du problème des effectifs du collège au niveau du secteur du fait de sa densification. Un débat a eu lieu entre les élus et les autres membres du CCS 1 dont des parents d’élèves membres du collectif. Rendez-vous dans trois ans pour le lycée ?

Ce compte-rendu a été rédigé par les parents d’élèves présents à la réunion. Il ne traite que de la partie liée à l’éducation de cette réunion de bureau.

Contexte

Cette réunion a eu lieu dans le cadre du bureau du Conseil Consultatif du Secteur 1  où les principaux sujets de réflexions ont porté sur l’éducation en présence de Lorenzo Ciampolini (Co-président citoyen du CCS 1), Pascal Garcia (Co-président élu du CCS 1)  et Christine Crifo (Conseillère Générale du 5ième Canton de l’Isère).

Jérôme Martin (Ampère), Olivier Bourrion (Diderot et Anthoard) et Laurent Ripoll (Anthoard) étaient présents pour representer les parents d’élèves du secteur.

Déroulement de la partie liée à l’éducation

A propos de la réforme scolaire

Après quelques échanges sur la concertation approximative liée à la mise en place de la réforme scolaire notamment au niveau du groupe scolaire Anthoard (cf. ici pour plus de précisions), les débats se sont concentrés sur le problème des effectifs des élèves au niveau du secteur notamment au niveau du collège.

 A propos des effectifs du secteur

En préambule, Lorenzo Ciampolini précise qu’en tant que Co-Président du CCS, il sera reçu par les élus de la ville et Mme Crifo le 21 mai prochain. Mme Crifo précise qu’il s’agit d’informer les élus de la Ville de ces problèmes et qu’un réunion d’information publique à destination du CCS 1 se tiendra prochainement.

Un courrier a été écrit par Lorenzo Ciampolini afin de préciser les attentes du CCS 1 (voir ici).

Les parents n’opposent aucune réserve à cette démarche.

Mme Crifo reproche quelque peu au collectif de rendre public ses chiffres qui sont approximatifs notamment dans le cadre du Conseil d’Administration de Fantin-Latour (où elle reconnait par ailleurs, qu’elle a été sans doute un peu excessive vis à vis des parents d’élèves  FCPE) et à l’Union de Quartier où elle souhaite être accueillie à son tour…

Les parents d’élèves soulignent que les chiffres présentés tiennent compte dorénavant des  chiffres fournis par le CGI lors de la réunion du 19 avril dernier et qu’il manque de toute façon un nombre de places équivalent à un collège dans le Nord-Ouest de Grenoble à l’horizon 2020.

Cela étant, les parents présents promettent de soutenir la demande de Mme Crifo au près de l’Union de Quartier (NDLR , mail envoyé le lendemain).

La carte scolaire vue par le CGI

Mme Crifo rappelle que les élus de cantons Grenoblois ne représentent que 6 élus parmi 58 conseillers généraux isérois et que, selon elle, il est difficile de parler de collège de secteur, voire même d’agglomération alors que le CGI raisonne en terme de territoires, précisant alors que :

  • Notre territoire dispose de places vacantes dans les collèges de l’agglomération dont la zone géographique s’étend jusqu’à Varces !
  • Sur Grenoble intra-muros il y a actuellement 1800 places vacantes.

Les parents indiquent qu’en 2020 le CGI n’en prévoit plus que 480.

Les craintes des parents d’élèves liées à leur vécu

Les parents signalent leur incompréhension quant à l’absence ressentie de prévision de la montée des effectifs sur le nord de Grenoble alors que la population a énormément cru cette dernière décennie du fait du choix de densification décidée par la Ville et que le CCS 1 a d’ailleurs rendu un avis en ce sens (disponible ici).

Les parents rappellent que :

  • Tous ces problèmes de déficit d’équipements liés à l’enfance (crèche, MJC, école) sur le nord de la ville et le secteur 1 en particulier, sont déjà observés depuis plusieurs années par les parents d’élèves en élémentaires.
  • Tous les signaux d’alarme ont été adressés depuis longtemps via les PV des écoles notamment.

Par conséquent, les parents ne souhaitent pas se retrouver devant le fait accompli pour le collège et veulent que ce problème soit abordé et réglé urgemment surtout que pour délivrer un collège au plus tard en 2020, il faut qu’il soit en chantier dès 2016 au plus tard. Nous sommes donc pleinement à un moment charnière.

La Cité Internationale : un collège plus élitiste que cosmopolite

Il est précisé que la Cité Internationale accueille en ses murs publics une école privée (American School of Grenoble)  à 4000 euros l’inscription à l’année qui compte 35 élèves environ.

Il est rappelé que le collège international n’a actuellement que 15% d’élèves étrangers (loin des 25% qui étaient obligatoires lors de la mise en place de ces structures en 1981), dans ses effectifs alors que la mairie de Grenoble souhaite conserver cet établissement afin de contribuer au rayonnement de la Ville à l’International (pour attirer les chercheurs étrangers, cf ILL, ESRF, etc…) et que finalement l’objectif initial semble avoir été grandement dévoyé pour en faire un lycée/collège élitiste avec un taux de réussite au Brevet de Collège de plus de 98% contre 70 à 80 % ces dernières années sur les trois collèges du Nord-Ouest de Grenoble (Fantin-Latour, Champollion et Stendhal) qui se situent donc en dessous de la moyenne académique.

Lorenzo Ciampolini lui-même de nationalité italienne, précise que beaucoup de ses amis étrangers dont les enfants sont parfaitement bilingues et ont un niveau scolaire très honorable ne peuvent pas inscrire leurs enfants tant les critères d’entrée sont restrictifs.

Mme Crifo indique souhaiter que les critères d’admissions ne soient que basés à l’avenir sur les aspects linguistiques  et rien d’autre pour que cette citée scolaire garde tout son sens.

Malgré ce, les parents rappellent qu’en l’occurrence, ce n’est pas tant l’existence de la Cité Scolaire Internationale qui pose problème mais son emplacement. Pourquoi en effet ne pas à titre temporaire au moins, ne pas délocaliser cette structure sur un ou plusieurs collèges vides de Grenoble et ne pas re-sectoriser ce collège idéalement situé pour les enfants de Grenoble ?

Mme Crifo rappelle alors la particularité de la Cité Internationale qui regroupe un collège et lycée : Le CGI gère l’ensemble (y compris la partie lycée dont la responsabilité est à la région) en contre partie la région gère une autre structure identique ailleurs dans le département.

A propos de la construction éventuelle d’un nouveau collège

Mme Crifo indique que si construction il doit y avoir sur la Presqu’île, cela ne serait pas un soucis car il y a de la réserve foncière. Toutefois Mme Crifo et M. Garcia font part aux parents le fait que M. Destot se soient prononcé en faveur de la construction d’un collège dans cette ZAC n’est pas officiel ce qui parait surprenant car il l’avait dit dans un réunion publique lors de la première réunion sur la révision du PLU (cf. ici)

Par ailleurs, une autre hypothèse de travail est à l’étude au niveau du CGI afin de mettre en place un collège à la ZAC Flaubert ou ailleurs dans le Centre Ville de Grenoble en fonction du foncier disponible.

Madame Crifo évoque également la possibilité d’agrandir le collège Stendhal en délocalisant le lycée hébergé dans l’établissement ailleurs?

A propos du redécoupage de la carte scolaire

En définitive, le CGI réfléchit à un redécoupage de la carte scolaire au niveau de l’agglomération toute entière!! A noter qu’un des collège de villeneuve a moins de 15 ans (3 collèges quasiment cote à cote).

Du point de vue de Mme Crifo, la solution temporaire à ce problème de sureffectif passerait par la re-sectorisation de l’école Ampère au niveau du collège Aimé Césaire en 2014.

Mme Crifo demande aux parents si ils seraient prêts à envisager à ce que les enfants se déplacent dans la ville pour aller dans un autre collège.

Les parents indiquent que c’est à voir et que cela dépend vraiment de la qualité de la desserte par les transports en commun pour tous les enfants alors concerné par ce collège mais préfèreraient des solutions de proximité.

Conclusion

Mme Crifo ne souhaite donc pas que l’on instruise un procès en incompétence au CGI. Les parents précisent alors que ce n’est pas leur intention. Ils font toutefois remarquer que un mois après leur réunion au CGI, Mme Crifo évoque encore des pistes de réflexions et non des solutions fermes avec un calendrier.

Ils ajoutent que cela serait également très intéressant au niveau des écoles primaires de la Ville de connaitre les projections et solutions envisagées.

Au sujet du collège, Mme Crifo évoque l’avancement de la réunion initialement prévue début Juillet pour le 30 mai. A confirmer.

Les autres membres du CCS 1 demandent donc que le CGI fournisse dans les plus brefs délais un plan d’actions.

Durée de la réunion 1h30 dont 1h consacrée au seul problème du collège.

Ce contenu a été publié dans Compte-rendu, Réunion, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Compte-rendu de la réunion du CCS 1 du 15/05/2013

  1. Paul dit :

    Finalement ce sont toujours les conséquences d’une politique de densification qui ne prend pas en compte ni équipements de proximité ni l’avis des habitants (ou trop tard !)
    Il faudrait des élus citoyens qui écoutent les problèmes quotidiens des citoyens et pas ceux des promoteurs. Vivement les élections.

  2. Laurent Ripoll dit :

    Bonjour à tous,

    Sur les échanges de tweet du collectif certains semblent s’étonner de l’engagement du CCS 1 : https://twitter.com/@CollectifCol
    Je ne sais pas ce qui se passe dans les autres CCS mais sur celui de notre secteur, mais je pense pouvoir dire que des alertes ont été remontées suite à des échanges constructifs et contradictoires entre citoyens et élus au sein du notre (au moins pour la commission éducation; la seule à laquelle je participe).
    Merci donc à Lorenzo Ciampolini et Pascal Garcia pour cet ouverture d’esprit …

    Cela ne signifie pas pour autant que nos avis ont été entendus par M. le Maire à qui ils étaient destinés : je pense même exactement le contraire (cf. http://anthoard.blogspot.fr/2012/11/retour-sur-lavis-du-ccs1-sur-les-ecoles.html)…

    Comme dirait ce grand philosophe et chanteur (au moins par les décibels) Florent Pagny (un Michel Sardou jeune en fait) :

    « Et que ça vous donne bonne conscience,
    mais vous n’aurez pas,
    Ma liberté de penser »

    😉

    Laurent Ripoll

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.