Réflexions suite à la réunion du CCS 1 du 15 mai 2013

On refait le match

Par l’Eugène Scatomano* du cru.  Où l’on traite de la représentativité de Grenoble en Isère et de sa représentation dans le monde… et nous et nous et nous ?

Mais aussi d’une mystérieuse cité d’or… heu non de béton en fait à moins que ?

De la représentativité de Grenoble au sein du Conseil Général…

Au cours de cette réunion, Mme Crifo a indiqué que les élus des cantons Grenoblois ne représentent que 6 élus parmi 58 conseillers généraux isérois et que par conséquent la création d’un nouveau collège au niveau de notre ville n’était pas acquise malgré la volonté de nos élus locaux surtout en ces temps de crise où l’argent du contribuable se fait rare et doit être utilisé à bon escient : le Département n’aurait pas les moyens des ambitions de sa Préfecture ?

…A la représentation de notre ville à l’international…

Or, lors de la réunion du 19 avril dernier Madame Crifo rappelait que la Cité Internationale a été construite sur la base d’un concept spécifique auquel tient notamment le Maire de Grenoble pour le rayonnement international de notre ville.

Et ce même si l’absence de mixité sociale, le décalage entre les résultats au brevet dans cette cité avec les autres collèges du secteur, l’accueil d’une section privée, le faible pourcentage d’élèves étrangers de ce collège sont des éléments qui aujourd’hui posent question.

A ce sujet, je serai personnellement favorable à plus d’ouverture des sections internationales sur Grenoble (et le Département) aux enfants de nos amis, collègues et voisins étrangers qui contribuent grandement à la richesse de notre ville.

Pour mémoire, à leur création, les sections internationales devaient comporter au moins 25 % d’élèves étrangers et au moins 50% d’élèves français (cf. ici).

Même Mme Crifo admet aujourd’hui que le collège International a raté sa cible en étant trop élitiste et insuffisamment cosmopolite. L’union de la mairie avec l’Académie de Grenoble semble se fissurer.

… vers l’infini et au-delà…

Si l’on rajoute à cela le fait que M. Destot s’est prononcé en faveur de la création d’un collège dans la ZAC de la Presqu’Ile lors d’un débat sur la révision du PLU de notre ville le 19 avril dernier, nous pouvons comprendre que les conseillers généraux des autres cantons de l’Isère se sentent quelque peu contraints de devoir payer plusieurs fois pour les desiderata de notre édile.

C’est sans doute pour cela que lors de cette réunion au sein du CCS 1, M. Garcia et Mme Crifo nous ont dit que la phrase prononcée par M. Destot n’était finalement pas si publique que cela … malgré la présence de plusieurs dizaines de personnes dans la salle (?).

… ou pas ?

Nous imaginons donc aisément que même les élus de la majorité PS doivent trainer des pieds. C’est sans doute à cela que devait penser M. Coulomb-Bouvard le 19 avril dernier lorsqu’il nous disait que dans ce dossier il y avait plus de politique que de technique à régler. Nous lui faisions alors remarquer que cela devait pourtant pouvoir se régler assez simplement du fait de leur appartenance au même parti et il nous répondez alors malicieusement : « C’est une condition nécessaire mais pas suffisante ».

Suicide électoral en vue pour notre élue du canton…

C’est sans doute pour cela aussi, que nous avons cru percevoir un certain isolement de Mme Crifo lors de la réunion du 19 avril dernier sur le fait de ne pas re-sectoriser la Cité Internationale.

Sauf qu’à la réflexion, c’était en fait la conseillère municipale de Grenoble qui parlait pour défendre le rayonnement de la ville … contre les intérêts des habitants de son canton. Pourtant à 1 élue contre 5 des autres cantons de la Ville, elle serait moins minoritaire que les élus grenoblois par rapport aux autres conseillers pas généreux.

A moins que Mme Crifo ait oublié que les parents des collégiens de la Cité Internationale ne votent pas ici et peut-être même pas sur Grenoble ?

… où comment voter avec les pieds…

Faut il rappeler que ceux qui vont insérer leurs bulletins dans les urnes, se rendent généralement au bureau de vote à pieds ? Peut-être d’ailleurs qu’un panneau indiquera à l’avenir le bureau de vote le plus proche. En effet, la Ville installe des panneaux dans tous les quartiers pour inciter les gens à marcher.

Grenoble à pied, c’est bon pour ma santé proclame le slogan de la ville que nous pourrions retourner à la question de Mme Crifo lorsqu’elle demandaient si les parents étaient prêts à se déplacer … en transport en commun.

Mais bon, il est vrai qu’un panneau situé dans le nouveau quartier du Clos des fleurs indiquant « Collège Fantin-Latour > 35 minutes » aurait de quoi rebuter plus d’un gamin avec un cartable dans le dos.

Alors qu’un panneau situé au même endroit indiquant « Collège Ex-International > 13 minutes » se serait plus incitatif.

 … et s’attacher à des cailloux

Une chose que je n’arrive toutefois pas à comprendre : pourquoi la ville tient à tout prix, à abriter le Collège International dans ces morceaux de béton et précisément à cet endroit et ne pas accepter, au moins temporairement, de le délocaliser ailleurs afin de limiter les déplacements au sein de Grenoble ?

Aucun argument politiquement rationnel nous est publiquement opposé si ce n’est le fait que M. le maire tient à la spécificité de cet établissement ainsi que l’Académie de Grenoble.

Grenoble et les Cités d’Or

Saurez vous, vous, percer le secret de la Mystérieuse Cité Internationale de Grenoble ?

Fait elle partie des Mystérieuses Cités d’Or ? Le suicide électoral de Mme Crifo répondrait il à un sacrifice d’un peuple indigène sud américain (spéciale dédicace à Lorenzo) ?

Qui sera notre Zia, la seule a être en mesure  de déchiffrer le quipu d’or détenu par Pizarro ?

Esteban, Tao répondaient moi.

Laurent RIPOLL aka Pichu, le perroquet compagnon de Tao qui sert d’alarme en criant « alerte, alerte » à chaque fois qu’un danger approche.

* référence aussi subtile que le contenu d’un courrier anonyme reçu par l’auteur de cet article

Ce contenu a été publié dans Humeur. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.