Lettre au Recteur et à la DSDEN de l’Académie de Grenoble

Contenu du courrier envoyé ce jour à M. le Recteur de l’Académie de Grenoble, à Mme la Directrice des Services Départementaux de l’Education Nationale et à M. l’Adjoint au chef de la division de l’organisation scolaire

Collectif « un collège de proximité  »

c/o représentants de parents d’élèves

Collège Fantin Latour

26, rue Nicolas Chorier

38000 Grenoble

contact@collegedeproximite.info

 Monsieur. O. AUDEOUD

      Recteur de l’Académie de Grenoble

         Madame M. LESKO

Directrice des services départementaux de l’Education nationale

Monsieur F. ARONICA

Adjoint au chef de la division de l’organisation scolaire

 

 

Objet : Manque de place au collège pour les élèves du secteur 1.

 

Grenoble, le 24 mai 2013

 

 

Monsieur le Recteur d’Académie de Grenoble,

Madame la Directrice des services départementaux de l’Education nationale,

Monsieur l’Adjoint au chef de la division de l’organisation scolaire,

 

Nous sommes un collectif de parents d’élèves de toutes les écoles du secteur 1 de Grenoble (8 écoles et un collège).  Nous nous sommes réunis il y a quelques mois face au constat de l’explosion des effectifs d’enfants scolarisés, de la saturation de la quasi-totalité des écoles et face aux restrictions répétées du périmètre de recrutement du collège Fantin-Latour. Après la tentative par le Conseil Général de  re-sectoriser l’école élémentaire Ampère au niveau du collège Aimé Césaire, notre collectif a décidé de rassembler l’ensemble des parents d’élèves du secteur 1 devant l’ampleur de la problématique sur notre quartier et devant la nécessité de trouver des solutions à court, moyen et long terme.

Nous vous contactons afin de vous alerter sur la situation des effectifs de ce quartier en pleine évolution démographique et pour vous faire part de notre inquiétude grandissante quant à la qualité de scolarisation de nos enfants.

Notre quartier est soumis à une densification très forte. Le développement urbain mené depuis 10 ans par la mairie avec la création du quartier Europole, les immeubles Lustucru, la ZAC Bouchayer-Viallet et maintenant le Clos des Fleurs, a induit un accroissement de la population de près de 40 % (10 000 nouveaux habitants pour 27 000 habitants recensés en 2009). Ce développement n’a pas été accompagné d’équipements scolaires et les structures d’accueil existantes explosent.

Notre collectif a collecté les chiffres de fréquentation de chaque école ainsi que ceux disponibles sur les sites de l’inspection académique, du conseil général ainsi que de l’INSEE. Notre constat est alarmant  : au vu des effectifs existants actuellement sur les écoles, sans compter les élèves à venir des nouveaux logements, nous savons que le collège Fantin-Latour ne pourra plus, très prochainement, remplir son rôle de collège de proximité pour un grand nombre d’enfants du secteur Chorier-Berriat, Bouchayer-Viallet et Jean-Macé. En effet, à l’horizon 2020, c’est l’équivalent d’un collège entier qui sera nécessaire sur notre secteur. Nous estimons que les collectivités locales n’ont jusqu’ici rien fait d’autre que des ajustements à la marge qui n’ont pas empêché la dégradation année après année des conditions de vie et de travail de la communauté éducative, et des conditions de scolarité de nos enfants. Ces ajustements atteignent aujourd’hui leurs limites.

Le collectif et le Conseil Général sont tombés d’accord sur le fait qu’il manquera à l’horizon 2020, l’équivalent d’un collège dans le nord-ouest de Grenoble. Les estimations du conseil général rejoignent celles réalisées par le collectif  : un sureffectif de près 640 élèves est annoncé pour le périmètre des collèges, Fantin-Latour, Stendhal et Champollion.

Le collectif demande par conséquent la construction d’un collège supplémentaire. Conscient qu’il faille trouver des solutions en attendant sa possible réalisation, le collectif a proposé des solutions comme la possibilité pour le Collège International Europole d’accueillir des enfants du secteur 1. Il nous parait aujourd’hui tout à fait cohérent que cet établissement, payé par nos impôts, puisse assurer un rôle de collège de secteur compte-tenu d’une évolution démographique qui nous semble bien mal anticipée.

Qui plus est, le collectif est indigné du discours tendant à lui reprocher de refuser toute mixité sociale. Nous faisons de la mixité sur notre quartier avec le collège Fantin-Latour, ce qui n’est absolument pas le cas du collège de la Cité Internationale.

Nous sommes d’autant plus offusqués de constater qu’une école Américaine privée payante, avec certains cours en commun, soit hébergée par la cité internationale, collège public et gratuit payé par nos impôts.

Nous avons bien conscience que le Conseil Général, la Mairie et l’Inspection d’Académie se renvoient la responsabilité de cette situation. Nous ne pouvons l’accepter.

En bref, nous avons l’impression que les élèves du secteur 1, nos enfants, sont moins importants à vos yeux que les élèves de la Cité internationale (qui est plus élitiste que cosmopolite),  et qu’ils ne sont pas considérés de la même manière.

Il y a beaucoup de contradictions dans le discours que l’on nous tient :

  • On ne joue pas le jeu de la mixité : la cité internationale encore moins que nous.
  • Il y a des places vides dans les collèges du sud de Grenoble : les écoles Joseph Vallier et puis Ampère doivent les remplir mais surtout pas ceux de la Cité Scolaire Internationale (alors que peu d’élèves  de la CSI habitent le secteur 1 et qu’il existe des sections internationales en élémentaire réparties sur 5 écoles Grenobloises).
  • La CSI ne peut pas accueillir des élèves du secteur 1 mais par contre aucun problème pour accueillir des élèves d’une école Américaine privée et payante, et des enfants d’autres quartiers, voir d’autres communes.

Nous trouvons ces contradictions inacceptables.

Ainsi, Madame, Messieurs, nous vous demandons d’ouvrir des places en collège pour les enfants du secteur 1, habitant près de la cité scolaire internationale, quitte à re-sectoriser celle-ci en déménageant l’école américaine, le lycée international ou des sections du collège.

Dans l’attente de votre, réponse, nous vous prions d’agréer, Madame et Messieurs, l’expression de nos respectueuses salutations.

Le collectif  « un collège de proximité »

Ce contenu a été publié dans Annonce, Communication. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.