compte-rendu soirée « quelle situation dans les écoles de notre quartier aujourd’hui? » 15 novembre 2013

L’issue du débat du 15 novembre :

– nous avons décidé de créer une structure inter-écoles du quartier

– la prochaine assemblée a été fixée au vendredi 6 décembre à 18h, à la Maison des Habitants Chorier-Berriat.

(Cette fois-ci les débats auront lieu à la Cabane (à confirmer), ce qui permettra que les enfants aient un bel espace de jeu, séparé du nôtre par une porte vitrée. Nous réfléchissons une organisation pour qu’un adulte soit toujours avec eux, quitte à tourner entre nous.)

– nous venons à l’assemblée en ayant préparé un état des lieux des problèmes de notre école (effectifs, nombre d’ATSEM, problèmes de locaux,
etc.).



Compte-rendu détaillé :

23 personnes étaient réunies : des parents de Diderot, de Berriat (Anthoard), de Buffon, de la Houille Blanche (Eaux-Claires), d’Ampère, de Jean-Jaurès (en partie sur le secteur 1), des Buttes, du collège Fantin-Latour, du lycée Mounier, un animateur de la MJC Parmentier, des instituteurs/ices de différentes écoles de la ville, et des militant.e.s de l’Alliance Citoyenne qui ont accompagné la mobilisation des Buttes.

Le récit de la mobilisation de l’école des Buttes (Villeneuve) a introduit la soirée.

Suite à des infiltrations d’eau, l’école des Buttes a été gravement endommagée par deux incendies il y a plus d’un an. Toute l’année 2012-2013, les enfants ont été répartis entre plusieurs écoles de la Villeneuve ; les plus grands ont même suivi leurs cours dans des salles du collège. Les parents d’élèves ont mené une lutte intense (en gros, une réunion par semaine, une action par mois) pour que les travaux de réhabilitation de l’école soient réalisés immédiatement, et non dans plusieurs années comme il en était question au départ.

« Au début, la mairie nous disait qu’il n’y avait pas de sous. C’est tout juste s’ils ne nous grondaient pas quand nous faisions appel aux médias… A la fois ils nous disaient « je vous entends bien » à longueur de temps, à la fois ils nous disaient que nous étions durs. »

Les modes d’action utilisés :

  • identification de revendications claires et précises ;
  •  interventions systématiques à tous les événements de la vie du quartier, pétition signée par un grand nombre d’habitant.e.s de la Villeneuve ;
  • actions médiatiques non-violentes et pleines d’humour : par exemple du théâtre de rue avec les enfants de l’école (dans leur propre rôle) sur le parvis de la mairie un soir de conseil municipal… ou encore, une affiche détournant celle de Grenoble Factory et mettant en regard le coût de cette dernière opération de com’ (250 000€) et la somme nécessaire pour réintégrer l’école (40 000€) ;
  • photos de la situation précaire dans laquelle se trouvaient les élèves, et menaces de les publier sur internet ;
  • enchaînement de rendez-vous de négociations avec la mairie (« pas un rendez-vous avec la mairie ne se terminait sans qu’un rendez-vous suivant soit calé, on ne les lâchait pas ») ;
  • soutien fort de collectifs comme l’Alliance Citoyenne et les Ateliers Populaires d’Urbanisme, avec des coups de main concrets là où les parents peuvent manquer de temps et de compétences (une architecte des APU par exemple est venue faire une contre-expertise sur les travaux nécessaires dans l’école).

 

Nous avons poursuivi la soirée avec le résumé de deux autres mobilisations :

  • à l’école Buffon en ce début d’année, (http://www.ecole-buffon.net/)
  • autour du collectif « Collège de Proximité » (http://www.collegedeproximite.info/)

Puis la discussion a porté sur la situation des écoles du quartier.

Plusieurs constats revenaient :

  • surpopulation, jeu de la « patate chaude » des enfants qui sont refusés dans leur école de secteur (« complète ») et envoyés dans d’autres écoles du quartier déjà saturées, avec des fratries séparées, etc. (situation déjà criante à Chorier),
  • les projets immobiliers sont faits avec beaucoup plus d’empressement que les équipements socio-éducatifs qui devraient les accompagner (même problème à Vigny-Musset),
  • face à différents interlocuteurs (syndicats d’enseignant·e·s, parents d’élèves…) la mairie tient toujours le même discours : « nous avons dégagé des millions pour la réforme des rythmes, de ce fait nous sommes à la pointe des efforts sur l’éducation, vous ne pouvez pas exiger plus »,
  • l’inspectrice d’académie met la pression aux enseignant·e·s pour qu’ils et elles se taisent sur les problèmes des écoles (par l’invocation d’un soi-disant « devoir de réserve »),
  • les différentes administrations (Ville, Conseil Général, Education Nationale…) se renvoient toujours la balle (c’est pourtant à elles de gérer leur mauvaise organisation/coordination !).

Des pistes d’action qui ont été évoquées durant le débat :

  • réaliser d’abord un « tableau de bord » de la situation et des problèmes de chaque école,
  • voir ce qui se recoupe et qui pourrait donner lieu à des revendications communes,
  • faire du tapage sur la situation de nos enfants,
  • porter plainte au Tribunal Administratif pour tous les locaux hors normes de sécurité et d’hygiène,
  • demander, pour chaque nouveau projet immobilier dans le quartier, quelle sera l’école correspondante,
  • chercher des locaux qui pourraient être réhabilités et accueillir d’urgence une nouvelle école du quartier,
  • faire des actions avec les équipes enseignantes.

Il semblait qu’il nous fallait à la fois être soudé.e.s entre parents école par école, et à la fois fédérer les écoles du quartier, pour avoir plus de poids, et pour éviter que ce qui est gagné dans une école ne soit « piqué » à l’école voisine. C’est pourquoi nous décidons de créer une structure qui rassemble les écoles du quartier.

Nous avons parlé du fait que le collectif « Collège de proximité » existait déjà et abordait ces problèmes, mais devant sa grande dimension et aussi son nom, pour plus de clarté, nous avons pensé qu’il valait mieux créer une structure à part (« écoles de proximité » ?) qui travaille main dans la main avec « Collège de proximité » et aussi avec l’Union de quartier.

Ce contenu a été publié dans Compte-rendu, Écoles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.