Compte-rendu réunion avec CG du 24 février 2014

Cet article est le compte rendu de la réunion avec le Conseil Général de l’Isère, faisant suite à la proposition du CCS 1 d’un groupe de travail incluant toutes les parties.

Présents

  • M. A. Colomb Bouvard, Vice-Président Conseil Général chargé de l’éducation
  • Mme C. Crifo, Conseillère Générale de Grenoble
  • Mme R. Bourgeois, Direction Education Jeunesse, Conseil General
  • Mme S. Prault, Direction Organisation Scolaire, Conseil General
  • Mme M. Lesko, Directrice Académique des Services de l’Education Nationale (DASEN)
  • M. Aronica, Division de l’organisation scolaire, DSDEN
  • Mme V. Ghiglione, Proviseur collège Fantin Latour
  • M. P. Bron, Adjoint chargé de l’Education de la Ville de Grenoble
  • M. P. Garcia, Élu Secteur 1 de la Ville de Grenoble
  • Mme E. Roche et Mme C. Eynard, FCPE Isere
  • M. J.F. Bouteille, FCPE Cité Scolaire Internationale
  • Mme M. Bessière, PEEP Isere
  • M. Apeto, Parent d’élève Jean-Jaurès et Stendhal
  • M. Couliou, L. Ripoll, P. Fouque, J. Martin, Collectif « Ecoles et collège de proximité »

M. Colomb-Bouvard commence la réunion en précisant que :

  • La réunion de décembre a été reportée à cause de différentes réunions avec le nouveau Recteur arrivé en juillet.
  • La rentrée 2013/2014 s’est bien passée grâce aux mesures spécifiques prises notamment au niveau du collège Fantin-Latour
  • Il n’y aura pas de problème pour accueillir les enfants du secteur au niveau du collège Fantin-Latour jusqu’en 2016 compris
  • Au jour de la réunion le collège Fantin-Latour accueillait 619 élèves (chiffres confirmés par Mme Ghiglione)
  • La carte scolaire est décidée avec le Recteur
  • Le Recteur a dit que la CSI devait rester telle quelle : pas de discussion à ce sujet
  • Il y a des problèmes d’effectifs à Stendhal et Champollion mais il y a beaucoup de places ailleurs, notamment A. Césaire, Munch & Vercors. Stendhal a une possibilité de 700 places
  • Le Conseil Général exclut la construction d’un collège.

Mme Crifo rappelle que la rentrée s’est bien passée et que les engagements de juin sur une nouvelle réunion ont été tenus. Elle précise que le coût d’un collège est estimé à 20M€.

Mme Lesko précise que les rencontres avec le recteur concernait toute l’agglomération grenobloise pour les collèges et les lycées

Mme Roche au nom de la FCPE intervient alors en :

  • Demandant une précision car le Recteur prévoyait de refaire la carte scolaire pour la rentrée 2015 et non 2017…
  • Précisant les objectifs de la « FCPE », à savoir favoriser :
    • Proximité des établissements afin de diminuer le coût des transports à la charge des familles ;
    • L’hétérogénéité et la mixité sociale des effectifs ;
    • L’intérêt général et non l’intérêt particulier ( !)
    • L’écoute et la transparence

Mme Lesko rappelle alors que la carte scolaire des collèges est une prérogative plutôt du Conseil Général que du Recteur… (contrairement au lycée) donc nous parlons bien de la rentrée 2017.

Les membres du collectif s’interrogent alors sur :

  • le fait que les derniers chiffres fournis par le Conseil Général lors réunion du 28 juin 2013 ne permettaient pas d’accueillir à l’horizon 2020 l’ensemble des collégiens sur les seuls collèges d’Aimé Césaire, de Munch et Vercors
  • Le fait que la CSI soit exclus de la concertation car cela permettrait de faciliter la redistribution de la carte scolaire dans le Nord de Grenoble ;
  • L’abandon de l’idée de la construction d’un nouveau collège sur la Presqu’île même à l’horizon 2025.

Mme Praut précise alors que les chiffres à l’horizon 2020 prévoient ;

  • 1850 places disponibles pour un besoin de 660 places dans le nord de la ville de Grenoble.
  • Ces places étant disponibles sur St Martin le Vinoux, Meylan, Fontaine et Grenoble dans les collèges Munch, Cesaire, Vercors.

M. Colomb Bouvard réaffirme qu’il n’y aura pas de construction de collège mais une nouvelle carte scolaire pour redistribuer l’ensemble des effectifs.

Mme Lesko précise alors que :

  • Les sur-effectifs sont constatés à tous les niveaux (collège / lycée / école) mais seulement dans certains quartiers alors que d’autres quartiers se vident
  • Il est parfois difficile de prévoir les arrivées alors que les prévisions de constructions sont « faciles ».
  • Un deuxième pôle international est en cours de création
  • La « carte » des langues va être revue (FCPE rappelle que cela est utilisé comme stratégie d’évitement)
  • Les collèges vont devoir intégrer les parcours « d’inclusions scolaires »
  • La problématique de la carte scolaire est très complexe et doit se faire au niveau de l’agglo.

Mme Bessière intervient au nom de la PEEP pour :

  • Rappeler que les lycées sont affectés par rapport à l’adresse de l’enfant et par rapport à son collège
  • Demander si ce fonctionnement sera reporter sur les collèges
  • S’inquiète de ce fait de la gestion du lien CM2 – 6ème

Mme Lesko indique alors que la continuité des parcours est en enjeux important mais parfois difficile à réaliser.

Les membres du collectif demandent alors des précisions pour le nord de Grenoble

M. Colomb Bouvard revient sur les chiffres et les décompose différemment à savoir :

  • Pour Fantin Latour, il manque 300 places sur son secteur de recrutement dont :
    • 180 liées aux (futurs) habitants de la Presqu’île et
    • 120 sur le « secteur 1 » actuel.
  • Selon lui, 180 enfants ne font pas un collège ! Ils peuvent aller à Saint Martin Le Vinoux quand il y aura une passerelle et le TRAM : c’est prévu.

Mme Praut précise alors les chiffres en indiquant le différentiel entre le nombre de collégiens attendus à l’horizon 2020 et la capacité actuelle du collège

  • Presqu’île +180
  • Fantin Latour +120
  • Champollion +130
  • Stendhal +230
  • Césaire -90
  • Vercors -140
  • Lucie Aubrac -280
  • Les Saules -120
  • Munch -90
  • Olympique ?
  • Meylan -240
  • Fontaine -320

Paul Bron intervient alors en rappelant que :

  • La carte scolaire doit être revue à tous les niveaux avec une ambition à 10 ou 20 ans, impliquant un travail collaboratif entre tous les acteurs. (Le travail pour le lycée n’a pas été à la hauteur l’année passée)
  • Les secteurs 1 et 2 de Grenoble sont actuellement très chargés
  • La création de nouveaux quartiers (Esplanade, Flaubert, Presqu’île).
  • Les projections d’habitants (=AURG) ne sont pas toujours très fiables.
  • Mais que ces projections indiquent que pour le secteur 1, les effectifs se stabilisent après 2017 alors que ceux du secteur 2 continueront d’augmenter.
  • La Ville prévoit la création de 4 nouvelles écoles à Grenoble
  • 400 logements sont déjà livrés sur Clos des fleurs

M. Colomb Bouvard constate alors que ça n’a pas eu d’incidence sur le collège Fantin-Latour.

Les membres du collectif demandent alors pourquoi l’étude AURG n’a pas considéré également le problème sur les collèges ? Mme Prault indique que le CG dispose de ces propres équipes de prospection mais qu’ils travaillent en relation avec l’AURG.

Mme Crifo précise que la Ville et le Conseil Général discutent ensemble.
Mme Crifo s’attend à ce que nous nous mettions d’accord sur la méthode puis les services travaillent sur des scenarii, qu’ils nous présenteraient lors d’une prochaine réunion.

Les membres du collectif précisent qu’ils attendent que soit pris en compte les coûts de transports (150€ par enfant et par mois selon M. Vallini), de pollution, la durée de transport. Mme Prault précise qu’il faut alors prendre également en compte le coût des places non occupées dans les collèges existants.

La FCPE et la PEEP souhaitent avoir les documents de travail (chiffres, scenarii) au moins 15 jours avant une la prochaine réunion qui devrait avoir lien en avril (ou mai !), le temps que les services de prospection du CG finalisent les études sur l’Y Grenoblois.

M. Bron indique que l’on doit rentrer dans une logique « métro » ce à quoi la FCPE se dit « vigilante » sur les transports.

Ce contenu a été publié dans Collège, Compte-rendu, Presse. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à Compte-rendu réunion avec CG du 24 février 2014

  1. BOUCHE dit :

    Madame Crifo, membre du Parti Socialiste, chantre de la mixité sociale, refuse d’intégrer la cité scolaire internationale dans ce problème alors que ce collège-lycée accueille essentiellement des élèves venant d’autres quartiers / communes. Que ces élèves viennent dans le quartier europole ou ailleurs ne changeraient pas grand’chose au niveau trajet. Pour madame Crifo, la mixité sociale, c’est bien chez les autres mais pas chez soi. Lamentable !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.