Sommes-nous naïfs ?

C’est ce que doivent penser le Conseil Général de l’Isère et la Direction Académique des Services de l’Éducation Nationale.

Petit rappel des faits : depuis 2 ans nous sommes en “concertation” avec le Conseil Général de l’Isère sur la carte scolaire permettant aux enfants du nord de Grenoble d’aller dans un collège proche de leur domicile et pas dans un collège à l’autre bout de l’agglomération.

Nous constations déjà lors de nos dernières réunions à CGI que les choses n’avançaient pas et que pire ils nous semblaient qu’ils “jouaient la montre” :

“Nous ne pouvions avancer pendant la campagne municipale”

puis

“Nous ne pouvons faire de nouvelles projections tant que la nouvelle majorité à la ville ne nous a pas communiqué ses projets sur la Presqu’Île et l’Esplanade”

En attendant bien évidemment les

“La campagne électorale pour les prochaines territoriales commence”

ou le “promis-d’avance” :

“Le département doit disparaître, nous ne pouvons rien vous promettre”

Autant dire que dans le fond rien n’avance par contre dans les actes, c’est tout le contraire ! Alors que depuis 2 ans, on nous promet que (ayez confiance)

“jusqu’à 2016, il n’y a aucun problème pour que le collège accueille les enfants du secteur”

Nous apprenons que petit à petit la re-sectorisation a lieu. Évidemment, ce n’est pas sur une classe de CM2 : le CGI n’a pas réussit à le faire il y a 2 ans sur l’école élémentaire Ampère. C’est plus facile de le faire famille par famille et encore plus avec des familles emménageant dans le secteur.

Voici l’histoire d’une famille qui vient d’acheter un appartement à deux pas du collège. Vous la connaissez sûrement : ce sont peut-être vos voisins. Bref, elle trouve le quartier très agréable : des commerces, une école pour le petit et le collège pour le grand qui rentre en 4ième. Tout aurait pu être bien mais, c’était sans compter les services de l’éducation nationale. A quelques jours des vacances, cette famille apprend avec étonnement que finalement au lieu d’aller au collège à côté avec les autres enfants de l’immeuble, leur fils ira au collège Aimé Césaire. Seul ! Probablement que les services de l’éducation nationale ont pensé que arrivant dans le quartier, sa famille ne connaissait personne, et que donc ce n’était pas gênant de l’envoyer dans un autre collège.

Le cas de cette famille n’est malheureusement pas unique, le conseil local FCPE du collège mentionne que 8 à 10 familles sont dans le même cas. Il a d’ailleurs envoyé une lettre à Mme Lesko, Directrice départementale des Services de l’Éducation Nationale pour lui faire part de cette “situation inacceptable”.

A noter que nous ne parlons ici que de l’aîné qui est au collège. Habitant près du collège, le petit frère aurait dû aller à l’école Chorier. Aurait dû … Mais ça, c’est une autre histoire !

Ce contenu a été publié dans Collège, Humeur, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.