Compte rendu réunion du 15/10/2014

Le 15 octobre 2014 a eu lieu la réunion de rentrée du collectif.

Cet article est le compte-rendu de cette réunion.

Tour de table de présentation

  • BAUR Olivier : Délégué Anthoard, CA FCPE
  • GUERET-GILBERT Adeline : Déléguée Buffon
  • LEBRON Anne-Dorothée : Union de Quartier
  • MARTIN Delphine : Déléguée Chorier Elémentaire
  • COULIOU Morgane : Déléguée Ampère et Buffon
  • TILLET VILLIOT Corinne : Déléguée Jean Jaurès
  • HERRENG Hélène : Déléguée Vallier Elémentaire
  • MARTIN Jérôme : Délégué Ampère & Buffon, CA Fantin Latour
  • BOURRION Olivier : Délégué Anthoard, Parent Diderot
  • RIPOLL Laurent : Délégué Anthoard

Présentation du collectif pour les nouveaux venus : historique et actions menées

Le document de présentation est disponible ici

Situation dans les collèges

D’ici à 2017, les collèges du secteur nord de Grenoble seront pleins. Le Conseil Général de l’Isère (CGI) envisage de redécouper la carte scolaire ce qui aurait pour effet d’envoyer des élèves grenoblois à Saint Martin le Vinoux, à Fontaine ou à Meylan.
Donc le Collectif se bat pour la création d’un nouveau collège dans le secteur.
Le Conseil Général refuse en arguant que bon nombre de collèges de Grenoble Sud sont en sous-capacité. Alors, pourquoi a-t-il décidé de reconstruire le Collège à Eybens sachant le coût occasionné ? D’autant plus surprenant que le discours officiel l’année passée était de dire qu’il fallait remplir les collèges vides du sud de l’agglomoration et que donc il n’était pas envisagé de construire sur le coté nord de la ville.
De plus, le CGI parle depuis 2 ans de discussion, l’article dans Isère Magazine, semble dire qu’il n’y a pas de discussion possible.
L’autre solution serait d’ouvrir la Cité scolaire internationale (CSI), au minimum pour une phase transitoire afin d’absorber la pointe d’effectif. Cette dernière, située à côté de la gare dans le quartier Europole, est devenue un établissement élitiste dans lequel la mixité scolaire est quasi-inexistante. De plus, sa fonction première, qui est d’accueillir les enfants d’expatriés de l’ILL et de l’ESRF, est dans la réalité marginale, car ces élèves ne représenteraient même pas 10% du total des élèves. Ouverte aux élèves du secteur, la CSI permettrait de résorber une partie des sureffectifs à venir. On peut même se demander si une resectorisation totale de la CSI ne permettrait pas de résoudre totalement le problème. Quoiqu’il en soit il s’agit d’une piste sérieuse qu’il faut défendre.

Situation des écoles

En maternelle, les effectifs sont presque au maximum (32 élèves en maternelle) dans l’ensemble des écoles (sauf à Vallier). L’opération une ATSEM par classe suit son cours depuis deux ans et devrait aboutir à la rentrée prochaine, mais nous nous demandons dans quelle mesure ce progrès ne deviendrait pas un argument pour maintenir ces effectifs élevés voire les augmenter ! Il convient donc de demander à la DASEN une baisse des seuils requis pour l’ouverture de nouvelles classes, sachant que ceux de l’Isère (académie ?) sont parmi les plus élevés de France.

En élémentaire, le cas d’Anthoard a été évoqué à la suite de l’article provocateur de Gre.Mag tant il semble refléter une reculade de la Mairie par rapport aux dernières réunions. En effet, dans l’article, la construction de deux nouvelles salles de classes est présentée comme étant une solution pour pallier l’augmentation des effectifs sur le secteur, ce qui nous amènerait à 17 classes, alors qu’il a toujours été dit que ces salles de classe avait pour fonction de revenir à une utilisation normale des locaux (voir Les Nouvelles de Grenoble, d’avril-mai 2010) : 15 classes et non pas 17 ce qui permettrait de récupérer des salles initialement polyvalentes mais depuis utilisées par des classes.
Nous avons également évoqué la question de la cantine, tout d’abord à la lumière des mouvements de grêves. La communication a été insuffisante et très tardive. S’est posée la question de savoir pourquoi dans certaines écoles les enfants ont pique-niqué au gymnase au lieu de manger à la cantine.

Enfin l’organisation du temps périscolaire pose problème dans certaines écoles, notamment à Anthoard, puisque deux élèves ont été « perdus » ( finalement retrouvés !) au moment des ateliers éducatifs. Dans certaines écoles (Ampère, Vallier), le recours aux punitions (voir punitions collectives) semble être un mode de fonctionnement. D’autres écoles comme Chorier semblent tout à fait satisfaites du fonctionnement du périscolaire. Se pose la question de l’harmonisation des pratiques périscolaires du moins en ce qui concerne la communication avec les parents. Ne faudrait-il pas que la Mairie donne les mêmes consignes à tous les référents en s’appuyant sur les écoles où l’organisation donne satisfaction.

Nouvelle école : alors que la mairie avait annoncé lors de la réunion de juillet des discussions pour la rentrée, il n’y a aucune réponse officielle : quelle attitude prendre ?

De même le SMTC n’a pas répondu officiellement à notre demande de gratuité des transports pour les sorties scolaires.

Actions à mener prochainement

Diverses lettre à écrire

  • Lettre à la DASEN pour demander la baisse du nombre d’enfants par classe -> (Olivier)
  • Lettre à Y. Montgaburu, président de la SMTC pour refaire notre demande -> Chorier à l’origine de la demande
  • Lettre à la ville (F. Malbet, E. Piolle) pour relancer la discussion sur la nouvelle école -> Laurent
  • Lettre au président du CGI pour demander à nous recevoir puisque aucune réponse de l’exécutif sur la CSI

Un communiqué de presse de réponse à l’article d’Isère Magazine -> Jérôme

Conseils d’école

mettre à l’ordre du jour les pbs évoquées sur les écoles

Autres actions

des actions plus « visible » seraient souhaitables comme par exemple organiser la cantine à la mairie.
Pour ce faire, se pose la question du timing : doit –on attendre la réponse de la Mairie ?

FCPE

Puisque nombreuses écoles représentées par le collectif ont un conseil local FCPE, il faut remonter toutes les problématiques via la FCPE lors du CDEN à venir (CDEN: réunion regroupant l’éducation nationale, la ville, le CGI et les fédérations de parents d’élèves)

Ce contenu a été publié dans Compte-rendu, Réunion. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.