Compte-rendu réunion du 20 mai 2015

La réunion a eu lieu à la maison des associations. Le collectif a organisé la réunion en 3 temps :

  • Une présentation du collectif (historique et objectif)
  • La présentation des prospectives scolaires faite par le collectif
  • Un temps d’échange entre les participants à la réunion

La présentation est disponible sur ce blog : Présentation de la réunion du 20 mai 2015

La présence de plusieurs parents d’élèves de la CSI et d’une enseignante du lycée Europole a permis d’échanger sur les arguments qui ont été entendus de ci de là par les uns et les autres. Cela a détourné quelque peu l’objet de la réunion, mais cet échange fut intéressant et, constructif et respectueux.

En effet, il a été rappelé lors de cette rencontre que l’objectif du collectif n’a jamais été de s’en prendre à la CSI en tant que telle, mais que, au vu :

  • Des problèmes d’effectifs à venir à brève échéance notamment au nord de la ville ;
  • Du refus de construire un nouveau collège pour répondre à cette augmentation d’effectif par l’exécutif du Conseil Général de l’Isère et ce “pour des raisons de bonne gestion des deniers publics” car il s’agissait de remplir d’abord les collèges du sud;
  • Des arguments de mixité sociale avancés par les élus pour faire accepter aux parents le fait d’envoyer leurs enfants dans des collèges éloignés ;
  • De la localisation idéale du collège Europole ;
  • De l’ouverture de nouvelles sections internationales dans d’autres collèges grenoblois que Europole;
  • Du fait que ce dernier ne soit pas sectorisé;

Le collectif a souhaité que cet établissement soit pris en compte dans le cadre de la concertation entreprise par le Conseil Général.

En effet, l’exécutif départemental de la majorité précédente, présentait comme unique solution aux parents d’élèves dans les zones en sureffectifs d’envoyer leurs enfants dans les collèges du sud de la ville ou dans des villes périphériques de l’agglomération qui étaient sous-utilisés. En ajoutant que c’était de la bonne gestion des deniers publics que de remplir les collèges vides avant d’en construire de nouveaux. Or les parents ont découvert d’une part que le collège des Saules (au sud de la ville) a été mis en reconstruction (à quelques centaines de mètre près), puis que l’exécutif sortant au moment des élections proposait la construction d’un nouveau collège …. encore au sud de Grenoble pour le déplacer et donc fermer un des collèges en sous-effectif !

En parallèle de cette problématique de moyens, quand les parents d’élèves ont fait valoir l’argumentation de proximité, il leur a été reproché par l’ancien exécutif départemental de ne pas accepter de “faire de mixité sociale” (tout en sachant ce qui a été dit précédemment). Le collectif c’est alors tout naturellement intéressé plus en détail à la situation du collège Europole. C’est de là que sont apparus les différences avec les collèges publics de secteur de la ville :

Là aussi, il faut ajouter le fait qu’il a toujours été répondu (aussi bien par l’ancien exécutif départemental que par la précédente DASEN), que la CSI était “intouchable“ et que l’on ne pouvait discuter ni d’une ouverture, ni d’une sectorisation partielle, ou même d’une distribution des sections internationales dans les différents établissements de la ville.
La seule proposition faite par le CGI à ce jour est donc de revoir la carte scolaire en proposant (en fonction de sa localisation dans la ville) d’envoyer une partie des enfants :

  • au collège Aimé Césaire (coté Vallier/Ampère)
  • à Fontaine (coté ouest de Grenoble)
  • à Saint Martin le Vinoux (Esplanade, presqu’île)
  • à Meylan (Île Verte et nord-est de la ville)

En résumé : le collectif demande une solution d’accueil à court terme (dans les locaux du seul établissement disponible : la CSI) et la construction d’un collège (ce qui permettrait éventuellement à sa livraison de revenir à la situation actuelle pour la CSI).

Ces éléments de contexte rappelés, plusieurs arguments/informations ont été échangés :

  • Au sujet de la mixité sociale, les parents d’élèves de la CSI affirment qu’il y a 20% de boursiers (en citant comme source le CA de l’établissement) et non 8% comme indiqué dans le document du CDEN 2014.
  • La section d’anglais occupe la majorité des places de la CSI, ce qui expliquerait en partie la faible mixité sociale (?). Les sections d’italien, de portugais, d’espagnol et d’arabe étant bien plus mixtes.
  • Côté CSI, il est impensable de voir le nombre de places d’accueil diminuer car il n’est déjà pas possible d’accueillir tous les candidats. Le reproche est fait au collectif de demander une diminution de cette capacité d’accueil. Le collectif répond clairement qu’il ne l’a jamais demandé et que tel n’est pas l’objectif visé. Il rappelle que l’objectif est de trouver une solution pour les enfants du secteur afin qu’ils puissent être accueillis à proximité. Cela peut passer par une distribution des sections de langues dans les collèges de la ville, car suivre ces enseignements est un choix, et la proximité de la gare ne peut pas être donnée comme argument pour donner la priorité à des déplacements “choisis” par opposition aux “déplacements subis”. Le collectif a aussi rappelé que le nombre de 200 places disponibles à la CSI évoqué le jour du débat avait été avancé par la candidate de l’UDI. De même, la personne qui a comparé la CSI au collège Poudlard aussi bien lors du débat que dans le dernier Postillon n’est pas notre porte parole.
  • S’il devait y avoir un déplacement de la CSI, il est clairement indiqué par les parents d’élèves que la localisation de la nouvelle CSI devrait plutôt être au nord de l’agglomération, car pour les non Grenoblois fréquentant l’établissement, la majorité vient du nord et non pas du sud ou de l’est. Par exemple, Saint Martin le Vinoux conviendrait, alors que mettre l’établissement vers le Grésivaudan serait désastreux ( ce qui avait été proposé par le passé et refusé).
  • Une enseignante de la CSI présente à la réunion (qui a bien précisé qu’elle s’exprimait en son nom, et pas au nom de l’équipe pédagogique même si elle a également indiqué en avoir déjà discuté avec quelques collègues) évoque une autre piste. Celle-ci consisterait en la dissociation du lycée et du collège et de déplacer le lycée pour libérer des places d’accueil pour les collégiens du secteur. L’argument étant que les lycéens étant plus âgés, ils sont de fait plus autonomes.
  • Les parents de la CSI indiquent être bien conscients qu’une solution doit être trouvée pour permettre l’accueil des enfants du secteur, et ils ne semblent pas être opposés à priori à l’idée de séparation collège/lycée, mais n’en ayant pas discuté au sein de leur conseil local, il ne peuvent se prononcer plus avant.
  • La question se pose de savoir ce qui se passerait pour la bibliothèque internationale (financée par la commune) si la CSI était déplacée ? Serait-elle maintenue sur le secteur ? C’est une crainte !
  • Il est rappelé que la CSI est la seule en France a être publique et gratuite!
  • Question : où sont passés les 5% (?) de la loi SRU qui sont censés financer les équipements publics ? Il y a eu une frénésie immobilière sur le nord de la ville sans que les équipements suivent (exemple les écoles du 1er degré pas adaptées aux besoins)
  • Le collectif constate une incohérence entre le fait de dire que la CSI doit rester un tout (lycée et collège au même endroit et ne pas distribuer les sections dans la ville) et de l’autre ouvrir des sections “ad hoc” dans d’autres établissements.
  • En fait cela tiendrait au fait que les enseignants de langues officiants à la CSI peuvent être rémunérés par 3 canaux différents en fonction des accords:
    • Directement par leur pays d’origine
    • Par l’éducation nationale, MAIS financé par le pays contributeur
    • Par l’éducation nationale comme tous les autres enseignants
  • Or certains des “accords internationaux” (il faut voir lesquels, car il y a plusieurs accords en présence) imposeraient que les professeurs enseignent obligatoirement au sein d’une “Cité Internationale”. Cela expliquerait que des sections “ad hoc” puissent être crées, les enseignants français seraient alors dépêchés dans les établissements. Ce point reste à clarifier !

Pour conclure, et après ces échanges, qui ont été, semble-t-il, de nature à dissiper les malentendus, il est décidé que:

  1. Les parents de la CSI vont revoir au sein de leur conseil local ce qu’il en est de l’idée d’accepter une séparation collège/lycée pour une période transitoire; le temps d’avoir la construction d’un nouvel établissement permettant l’accueil des enfants du secteur ;
  2. Le collectif écrive un courrier à la ville de Grenoble pour demander la mise à disposition d’un terrain pour la construction d’un collège ;
  3. Le collectif écrive au conseil départemental pour lui demander une rencontre et pour connaître sa position sur ce problème d’accueil.
    Cette réunion au conseil départemental se ferait en présence du collectif, des fédérations de parents d’élèves et de représentants de la CSI ;

Mise à jour à la demande des parents de la CSI :

Après recoupement des informations avec le rapport CDEN, les fiches brises sont erronées et il faut lire 5 classes par niveau à la CSI.
Ceci ramène à des classes de 29 élèves en moyenne, au dessus de Champollion (27) et de Fantin-Latour (25). ceci est décrit dans l’extrait attaché.

Comparaison des collèges, CDEN

Comparaison des collèges, CDEN

La section anglaise est la plus fournie mais pas majoritaire (40 pour 140 places) et ce qui pourrait influer sur le niveau, c’est la pression extrême à l’examen en Anglais, supérieure aux autres langues au fil des ans.
La séparation du Lycée de la CSI, proposée par une enseignante posent des problèmes administratifs et organisationnels. De plus l’éloignement de la bibliothèque internationale remet en cause toute la structure de l’enseignement, c’est une question de moyens a débloquer.

Ce contenu a été publié dans Compte-rendu, Réunion. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.